La Céleste Levure : 1er salon du printemps 2015 réussi

Chardonnay 2013

Chardonnay 2013

L’agence d’importation de vins La Céleste Levure tenait en ce mois de mai ensoleillé et humide son 1er salon privé au Bain Mathieu, à Montréal. Ayant invité tous ses producteurs, ce fut l’occasion de converser autour de leurs vins. De la Californie à la Champagne en passant par le Douro ou la Toscane, ce tour du monde vinicole a confirmé que cette agence reste parmi les références en matière de vins importés au Québec.

Salon 2015 de La Céleste Levure.

Voici une petite sélection de ces derniers qui m’ont le plus séduit:

Henriot – Brut 2003 – Dégorgé en 2013 – 89 $ – code 10839635

Quel nez ! Poire pochée, pain grillé, croissant frangipane, donc une pointe de rancio d’évolution, les arômes sont multiples et charmeurs, on les retrouve en bouche après une attaque en core franche de jeunesse. Les contours se font sensiblement amers, la vinosité s’impose, la minéralité lui cède la place, c’est un champagne de repas, le foie gras poêlé sera le bienvenu.

Isole E Olena – Chardonnay 2013 – 56,75 – code 12685692

Oui, c’est dispendieux, mais les amis seront enchantés, car le homard offert sera parfaitement accompagné! Attaque pimpante où se mélangent les notes d’agrumes confits, de verveine et d’épices douces. Gras dans le comportement, fumé mais pas trop, belle enveloppe citrique, la finale est donc fraîche, l’approche bourguignonne est palpable, ce blanc Toscan peut se garder sur clayettes, mais bon sang qu’il est excellent aujourd’hui. Allez, courez acheter du homard, les invités vont arriver !

Weingut Bründlmayer – Grüner Veltliner Kamptaler Terrasse 2013 – 24,30 $ – code 10707069

Nez citronné, attaque citronnée, souple en bouche et finale croquante. Un vin simple dans le bon sens du terme: sec, franc, fruité, droit, rafraîchissant, plaisant. Les huîtres sont de mises, le fromage de chèvre aussi.

Andrew Will – Ciel du Cheval 2009 – Washington – 69,25 $ – code 11937878

Un assemblage de type bordelais un tantinet grillé qui présente de tanins veloutés, une enveloppe encore fraîche et une finale au fruité rouge poivré. Pas de lourdeur et une puissance contenue, ce qui est une grande qualité en matière de rouge pour cette région : l’équilibre en quelque sorte !

Domaines Frédéric et Michel Magnien – Gevrey-Chambertin – Les Sevrées Bio 2012 – 75,75$ – code 12642246

Nez expressif (noyau de cerise, fourrure, prune), bouche élégante, tanins soyeux, enveloppe charnue, un rouge d’une richesse naturelle qu’on passera en carafe pour mieux l’apprécier et le laisser offrir son noble boisé. À table ? Pourquoi pas un effiloché d’agneau parfumé délicatement de ras el hanut… J’oubliais: pour 12 $ de plus, le Chambolle-Musigny 2012 de la maison est d’une amplitude incroyable et comme il reste de la place dans votre cellier, n’hésitez pas (code 12642220 en IP).

Quinta do Malho 2008 – Douro – 38,50 $ – code 11632265

Il est mûr, il est mature, il est à boire et le plaisir est au rendez-vous : le fruité est rouge, légèrement acidulé, la mâche est bien présente, mais elle n’est pas astringente, on est en présence de tanins à la fois grenus et veloutés, la chaleur du Douro exhale sans brûler, j’ai adoré! Tout comme l’agneau braisé qui pourra l’accompagner.

Tarima Hill 2012 – Bodegas Volver – Espagne – 22,95$ – code 11962889

Nez fruité rougeoyant et vanillé, bouche tendre et boisée, légèrement édulcorée, c’est le rouge accessible qui charme dès la première gorgée. Pas de complexité ici, juste de la rondeur et de l’attraction immédiate. La tablée sera conquise, qu’elle soit autour d’une paëlla, à côté du barbecue à saucisses ou des darnes de thon grillé façon cajun.

Tenuta Olim Bauda – Barbera d’Asti – Nizza 2010 – 37,50 $ – IP

Tendue, acidulée, d’un fruité rouge exemplaire de pureté, d’une finesse extrême aussi et pourtant d’une structure solide, cette barbera pourra se conserver en cave au moins 10 ans afin d’être moins aiguë. Aujourd’hui tapissante et exubérante, particulièrement rafraîchissante, elle peut s’accorder dans la simplicité avec des pâtes où les tomates seront la base d’une sauce maison. Un domaine à surveiller.

Château Montelena – Cabernet-Sauvignon 2010 – Napa – 172,25 $ – 12400141

La légende est dispendieuse (rappelez-vous le jugement de paris 1976), mais elle tient la route… Elle se fait même plus élégante, plus européenne, moins riche, moins chaude qu’il y a quelques millésimes. Bref, l’amateur de cab va craquer. C’est soyeux, c’est fin, c’est long et ça perdure en bouche; le plus difficile avec ce genre de vin, c’est de lui trouver le bon accord à table et comme Bo Barrett (fils de Jim Barrett), aujourd’hui vinificateur du domaine, me l’a conseillé, c’est encore le canard confit qu’il préfère. À vous d’essayer.

 Pour commander s’ils ne sont pas en SAQ : 514 948 5050

 

Publié dans M. Bulles | Commentaires fermés

Ma sélection de l’arrivage SAQ Cellier (Québec) – mai 2015 – special Barbecue

Chiroubles – La Fontenelle 2013 – Domaine Ruet – 20,95 $ – 12510139

Expressif au nez et en bouche (cerises et épices), texture veloutée, voire soyeuse, volume aérien, beaucoup de fraîcheur, donc très digeste. Finale poivrée. Super Beaujolais et coup de coeur de la série!

Rioja – Vina Real Gran Reserva 2008 – 35 $ – 12497501

Laissez-le respirer, ça vaut le coup. Boisé présent forcément, fruité noir, quoiqu’encore rouge aussi, chair grasse, mais volume léger, donc rond et charmeur en bouche. Un Rioja de facture très classique, presque prévisible, tellement efficace que le plaisir est finalement au rendez-vous. Sortez les brochettes d’agneau!

Josep Maria Raventos I Blanc – L’Hereu 2012 – Conca del Riu – Blanc mousseux – Espagne – 20,65 $ – 12097946

Minéral au nez, il faut attendre quelques minutes avant d’y déceler un soupçon brioché qui ressemble davantage à du pain au lait beurré. Le caractère terpénique s’efface en bouche pour laisser la place à un fruité blanc au sein d’une effervescence oxygénée et fraîche. L’apéritif facile en terrasse ! Suite au dévoilement du vin, je le trouve plus tendu, plus axé sur les hydrocarbures qu’habituellement.

Freixenet – Mia 2013 – Vino de la Tierra – 13,05 $ – 12478976

Une originalité sucrée (c’est tendance en ce moment), toutefois bien construite et finalement digeste, si, si. Le nez est discret, les arômes en bouche sont simples, francs, frais (raisins, fleurs blanches). Peu puissant, il se prendra comme apéritif léger avec quelques dés de cheddar doux.

Velonesi 2014 – Verdicchio dei Castelli di Jesi – 15,50 – 11156555

Discret au nez même si quelques arômes de pommes et de poires se laissent capter, c’est en bouche qu’il s’exprime par une attaque nerveuse et un développement aux contours citriques bienvenus. La chair est ronde, le fruité reste blanc et les crevettes sont roses pour l’apéro !

Piedmont Wine Project – Asinel 2013 – Piémonte – Italie – 19,30 $ – 12250980

Nez charmeur, floral et très légèrement muscaté. Sec et fruité en bouche, il rappelle le torrontès en moins exubérant. Texture souple, enveloppe tendue. Un blanc accessible et original qui accueillera facilement le risotto aux zestes de citron.

Concha Y toro – Trio Reserva 2014 – sauvignon blanc – Chili – 14,95 $ – 10327672

Le sauvignon saute au nez (pamplemousse jaune) et quelques accents herbacés, voire « poivronnés » indiquent le pays, toutefois, la chair est souple, le comportement est sec, la finale rafraîchit, l’ensemble est prévisible. On aime ou on déteste, c’est selon. Et ça passera bien avec une moule/ frites !

Vignobles Bonfils – Domaine Cibadiès – Chardonnay 2014 – IGP Pays d’Oc – 15,30 $ 12284741

Pour 15 piastres, on a un chardonnay frais et parfumé, non racoleur, simple et plaisant. Souple en bouche, quelques amers dans les contours, quelques accents citronnés sur les mêmes contours, la bouteille se videra aisément, surtout avec quelques chips à l’aneth!

Colterenzio Pinot grigio 2013 – Trentin Alto-Adige – 19,65 $ 12258041

Texture souple, enveloppe citrique, arômes de poires et de raisins blancs, plus tendre que tendu, volume très caressant, parfait sur un filet de poisson à chair blanche en papillote à l’estragon.

Ropiteau Frères – Meursault 2002 – 53,50 $ – 00112979

Je ne serais pas allé sur Meursault suite au dévoilement du vin, toutefois la signature du  chardonnay Bourguignon est bien imprimée. Plus délicat que gras, plus élégant que puissant, les parfums s’orientent vers la salade de fruits blancs, le boisé s’efface, ce blanc a suffisamment d’acidité pour endurer quelques années sur les clayettes (2025). Les impatients le goûteront sur quelques pétoncles au beurre blanc.

 

 

Publié dans M. Bulles | Commentaires fermés